"

PROJET SERIE TV : « LES CRIMES DE L’HISTOIRE »

Share

SERIE-TELEVISION 12 X 52
AVEC CO-PRODUCTION BELGE
EN RECHERCHE DE PRODUCTION FRANCAISE

Affaires criminelles des XVIIème, XVIIIème et XIXème SIECLES
qui se sont déroulées en France et en Belgique

___
Auteurs : Stéphane ROQUET (Auteur & Réalisateur), René CARTON,
Jean-Yves BOURGEOIS et Rémy STEELCOX.

Série-Téle avec Co-Production Belge
en recherche de Production Française.

Les Crimes de l'Histoire - L'équipe du trailer
L’équipe du trailer de « l’affaire Pranzini »

PITCH

Cette série est une anthologie d’affaires criminelles authentiques, qui ont marqué leur époque et défrayé la chronique en France et en Belgique. De l’effroyable massacre de Pantin au triple « meurtre rural » commis près de Lyon sous le Second Empire, de la tragique affaire des Cardinaux de Vittel sous le règne de Napoléon Ier à l’assassinat diabolique d’un huissier dans le Paris de la Troisième République, ces récits sont l’occasion de vivre des moments angoissants, voire effrayants, tout en revisitant les pages de notre Histoire.

CONCEPT DE LA SERIE

Il s’agit d’un concept de série dont chaque saison comprend douze épisodes d’une durée de 52 minutes chacun. La première saison concerne des affaires criminelles qui se sont déroulées au XIXème siècle, la deuxième saison des affaires ayant eu lieu au XVIIIème siècle, et ainsi de suite. Les affaires sont présentées dans un ordre chronologique.

Concernant la saison 1, la première affaire a eu lieu en 1804, en France, sous les Consulat et Ier Empire, tandis que la douzième et dernière s’est déroulée en 1894-1895, en Belgique, sous le règne du roi Leopold II. Ces affaires qui ont profondément marqué leur époque et ont fait la une des grands journaux présentent des caractéristiques bien différentes les unes des autres. Certaines ont eu lieu en milieu rural, parfois dans des endroits très reculés, alors que d’autres se sont déroulées dans un cadre urbain, à Paris, à Bruxelles ou dans une grande ville de province. Certains meurtres ont été commis par égorgement, strangulation ou à l’aide d’une arme à feu. Certains ont été passionnels ou sexuels, tandis que d’autres bien souvent bassement crapuleux. Chaque enquête est représentative de l’époque durant laquelle elle s’est déroulée. En même temps qu’elle nous fait découvrir le contexte social, économique et politique dans laquelle elle s’inscrit, elle nous dévoile les fonctionnements des appareils policiers et judiciaire alors en vigueur. Elle met également en valeur les techniques d’investigation policière de l’époque.

S’inspirant de la construction narrative de certaines nouvelles et contes de Maupassant ou de Balzac, chaque épisode de la série comprend un « récit-cadre » dans lequel est emboîté un récit « encadrant ». Le récit-cadre met en scène dans un prologue quelques personnages d’une époque donnée qui évoluent dans un décor particulier : un fumoir, une salle à manger assez cossue, ou encore un jardin privatif ou un parc public. L’un des personnages, devient très vite le narrateur, sollicité par un auditoire attentif. Il raconte alors une affaire criminelle passionnante et marquante qu’il a personnellement vécue jadis, en qualité d’enquêteur, de journaliste, ou de simple témoin. Bien sûr, le narrateur connaît tous les tenants et aboutissants de l’affaire, mais il s’efforce de la raconter aux autres de manière à ménager des moments de suspense et de tension dramatique. Le récit encadrant, qui constitue la plus longue partie de l’épisode et qui consiste en un long flash-back, nous plonge alors au cœur de l’affaire criminelle en question et nous permet à la fois de bien appréhender l’évolution de l’enquête, étape par étape et de connaître les différents protagonistes : la ou les victime(s), les suspects potentiels, témoins, policiers, enquêteurs et autres notables ou hommes politiques. De temps à autre, nous revenons furtivement à l’époque présente – récit cadre – du narrateur et de son auditoire. La voix du narrateur, off la plupart du temps, permet de « lier » les différentes étapes de l’affaire.

Dans l’épilogue, chaque protagoniste du récit-cadre peut donner un avis différent sur le ou les coupables, ou sur l’affaire, soupçonner telle personne plutôt que telle autre pour telle ou telle raison.

LES TRAILERS

DEMANDEZ LE DOSSIER COMPLET
DE LA SERIE-TV « LES CRIMES DE L’HISTOIRE »

Par mail à Rémy STEELCOX
coxymusique (at) gmail.com 


Les CVs fusionnés des Auteurs et Auteur-Réalisateur :

CVs fusionnés des Auteurs

Share